fr

We Are The Orca

Protection des orques

Contexte

La situation des orques est critique.

 

Elles ont été déclarées en « En voie d’extinction » et il n’en reste plus que 74. Cela fait 3 ans que les orques n’arrivent plus à se reproduire et que les femelles orques font des fausses couches. En 2018, une mère a mis bas un bébé qui n’as survécu que quelques minutes et l’a traîné mort à la surface pendant 17 jours.

 

Prenant conscience de cette impasse, Morgane Trussardi lance le programme #WeAreTheOrca en septembre 2018. Passionnée de nature et de grands espaces, elle est animée par une passion inconditionnelle pour les orques et par son envie de les protéger et de protéger leur habitat naturel. Elle fait plusieurs allers-retours à San Juan Island pour les observer et décide finalement de revenir avec une équipe fantastiques d’influenceurs : Coextinction Le Grand JD, Léa Camilleri, Fab Wild Pix, MarieWild et Bruno Maltor.

Enfant elle rêvait de voir les orques, aujourd’hui elle rêve de pouvoir les protéger.

#WEARETHEORCA

Bénéfices

Biodiversity
100
Cultural Dimension
90

Objectifs

La collecte va venir financer trois grands acteurs locaux :

1 – ALEXANDRA MORTON 
Biologiste marine qui a assisté à l’apparition des fermes de saumons et à l’effondrement des populations de saumons sauvages à cause des maladies et des virus qui se développent dans ces élevages intensifs. Elle affirme avec certitude que ces fermes menacent directement les populations des orques résidentes du sud et tout l’écosystème de la région.

2 – THE WHALE MUSEUM 
Organisation à but non lucratif qui a été fondé en 1976 dans le but d’étudier les orques résidentes du sud. Sa mission est de promouvoir la protection et la conservation des baleines et de l’écosystème de la mer. Il a obtenu plus de protection pour les orques résidentes du sud répertoriées comme une espèce en voie de disparition aux États-Unis.

3 – CENTER FOR WHALE RESEARCH
Organisme a but non lucratif dédié à l’étude et la conservation des orques résidentes du sud. Sa mission est de faciliter le rétablissement de cette population grâce à des études scientifiques non invasives, à la sensibilisation, à l’éducation du public et à des mesures de conservation depuis 43 ans.

Contributions

1 – LES BARRAGES 
Les orques « Résidentes du sud » ont la particularité de se nourrir principalement de saumons, SAUF QUE, 4 barrages empêchent ces poissons de remonter la rivière Snake et de venir s’y reproduire, ce qui empêche par conséquent les orques de se nourrir. Les résidentes du sud sont donc littéralement en train de mourir de faim.

Tous ces barrages sont inactifs et inutiles depuis 3 ans, ils ne servent plus, bloquant alors la remontée des saumons pour rien. Ceux-ci doivent être détruits.

 

2 – LES FISHFARMS
Les fermes d’élevage de saumons menacent directement les populations de saumons sauvages, les orques résidentes du sud et tout l’écosystème de la région . En cause
, des maladies et des virus qui se développent dans ces élevages intensifs et qui contaminent les saumons sauvages dont les orques se nourrissent.

 

3 – LA POLLUTION SONORE

Whale watching (bateaux pour touristes voulant observer les orques), bateaux de peche, plaisanciers… tous ces trafics font que cela dérange énormément les orques. Il faut prendre en compte que celles ci communiquent et chassent par écholocation et que le son se propage également plus vite dans l’eau.

Dans cette zone, il y a également énormément de trafic de cargos. Un projet d’agrandissement de la Trans Mountain, une pipeline qui engendrerait 7 fois plus de trafic dans l’eau. Ce serait une conséquence dramatique pour les orques qui ne pourraient plus chasser ni communiquer entre elles.

Change your avatar