en fr

PÉROU

Alto Huayabamba

CONTEXTE

Située dans la région d’Alto Huayabamba, en Amazonie péruvienne, la coopérative ACOPAGRO regroupe plus de 1500 petits producteurs de cacao et de canne à sucre. La coopérative a été créée en 1997 sur la base d’un projet des Nations Unies, lancé en 1994, visant à substituer les cultures de coca par des cultures de cacao.

Les producteurs de cacao de la coopérative Acopagro s’engagent pour la préservation de la biodiversité. Outre les activités de plantation, les communautés locales ont créé un jardin botanique pour préserver et étudier les multiples essences et leurs propriétés médicinales et cosmétiques.

Les producteurs vivent le long du fleuve Huayabamba, isolés entre les eaux et la forêt vierge. La création de la coopérative et l’insertion des petits producteurs dans les réseaux du commerce équitable leur a permis de regrouper leurs efforts pour valoriser leur production, acquérir la certification bio, mais aussi diversifier leurs sources de revenus tout en préservant leur environnement.

 

Alto Huayabamba - Pérou

BÉNÉFICES

Biodiversité
4
Changement climatique
5
Autonomisation des communautés
3
Agroécologie
5
Développement économique
4
Dimension culturelle
1
Auto-suffisance
3

OBJECTIFS

En 2008, les producteurs d’ACOPAGRO ont décidé de s’engager dans la reforestation des aires dégradées par la culture de la coca ou déforestées pour cultiver le maïs. Ce projet de reforestation propose de planter des arbres natifs (Acajou, Caoba), au sein même des parcelles de cacao des petits producteurs. Avec le soutien technique de la coopérative, ils maîtrisent à présent les principes de l’agroforesterie et de l’agroécologie, qui permettent de combiner harmonieusement la préservation de la forêt avec le développement de cultures agricoles.

Grâce à ce projet, les producteurs se créent une nouvelle source de revenu tout en favorisant la biodiversité et la régénération des sols dans leur région. Au total, grâce notamment à la vente de Treez, 2 millions d’arbres seront plantés d’ici à 2015, en consortium avec les champs de cacaoyers ou sur des aires dégradées.

CONTRIBUTION

  • Développer des systèmes agroforestiers haut-de-gamme pour le cacao avec des rendements élevés
  • Préserver des ressources dans un hot-spot de la biodiversité et régénérer des écosystèmes locaux
  • Pérenniser l’autonomisation communautaire après le passage de la coca au cacao

Change your avatar